Les huiles essentielles

huiles-essentielles1

Les huiles essentielles font leur entrée dans nos armoires à pharmacie.

 

Ces essences 100% naturelles peuvent soulager de nombreux  maux du quotidien, pour peu que l’on sache bien les utiliser et respecter quelques règles d’usage. Pour cela de nombreux ouvrages sur l’aromathérapie existent et vous seront une d’aide précieuse.

L’aromathérapie, une science médicinale à part entière.

Une huile essentielle n’est pas un corps gras. Elle est volatile et ne se dissout pas dans l’eau, mais dans l’huile et l’alcool. Les huiles essentielles sont issues de certaines plantes ou arbres, dits aromatiques. Elles sont le plus souvent extraites par distillation à la vapeur. On classe les huiles essentielles selon leur famille biochimique, c’est-à-dire en fonction du type de molécule majoritaire. À chaque famille correspond une classe d’effet thérapeutique (pour en savoir plus sur la nature et l’obtention des huiles essentielles,

 

Voie cutanée, pulmonaire ou orale ?

 

On utilise les huiles essentielles par voie :

– Cutanée : c’est la plus fréquente et la plus simple, les huiles essentielles étant appliquées pures, directement sur la peau, ou diluées dans une huile végétale ;

– Pulmonaire : en inhalations (ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle à un bol d’eau chaude, couvrez-vous la tête d’un linge et respirez les vapeurs) ou en diffusion dans l’atmosphère grâce à un diffuseur. La voie pulmonaire est particulièrement adaptée au traitement des infections ORL, ou pour lutter contre le stress ;

– Orale : diluées dans une cuillerée de miel ou d’huile végétale, ou sur un comprimé neutre (mie de pain). Attention, la voie orale est généralement à éviter en automédication, à moins de s’être correctement renseigné grâce à un manuel d’aromathérapie ;

– En bain aromatique : c’est le mode d’utilisation privilégié des huiles essentielles calmantes ou décontractantes. Les essences sont mélangées à un dispersant (huile de bain, base moussante neutre, lait), puis ajoutées à l’eau chaude.

– En cuisine : certaines huiles essentielles peuvent également être utilisées comme des arômes naturels. Il s’agit surtout des essences d’herbes aromatiques (basilic, thym, estragon, menthe, romarin, marjolaine, fenouil…), d’épices (cannelle, gingembre, girofle…) ou d’agrumes (citron, orange, mandarine, bergamote…). Avant d’ajouter quelques gouttes d’une huile essentielle à vos plats salés ou sucrés, vérifiez qu’elle est comestible !

Utilisations thérapeutiques et cosmétiques.

Les propriétés des huiles essentielles sont très nombreuses, qu’elles soient médicinales ou cosmétiques.

Elles peuvent agir sur

– la circulation sanguine et lymphatique (veinotoniques, drainantes, renforcement des capillaires)

– la qualité de la peau (cicatrisantes, tonifiantes, régulatrices, purifiantes)

– le système nerveux (calmantes, toniques, équilibrantes)

– le système digestif (nausées, digestions difficiles, troubles hépato-biliaires).

Elles peuvent être utilisées en guise d’antiseptique sur les plaies et les infections cutanées, respiratoires ou digestives, ou encore avoir une action anti-inflammatoire, anesthésiante, mucolytique, immunomodulante, antivirales, antibactériennes ou même hormonale.

L’aromathérapie permet ainsi de soigner ponctuellement, en curatif, ou peut être employée à titre préventif, pour rééquilibrer un terrain, en naturopathie par exemple. Si l’aromathérapie vous tente, le mieux est de vous procurer un guide pratique.

flacons-huiles

Des précautions à respecter

 

Les huiles essentielles sont des produits très concentrés, actifs à des doses infimes et pouvant être toxiques en cas de surdosage. Elles ne s’utilisent donc pas à la légère : respectez bien les doses indiquées dans les guides d’aromathérapie.

– Un certain nombre d’huiles essentielles sont photosensibilisantes (notamment les agrumes), il faut donc éviter de s’exposer au soleil après utilisation.

– Certaines personnes sont allergiques ou sensibles à certaines essences : pour vous prémunir de tout risque de réaction cutanée, avant d’utiliser une huile essentielle nouvelle, effectuez toujours un test de sensibilité avec une goutte diluée dans un peu d’huile végétale, à appliquer dans le pli du coude.

– Enfin, les femmes enceintes ou allaitantes, les jeunes enfants et les bébés ne doivent généralement pas recevoir d’huiles essentielles (un grand nombre d’entre elles sont déconseillées avant 6 ans).

Néanmoins, certaines essences, particulièrement douces, sont bien tolérées chez les enfants (bois de rose, tea tree, camomille romaine, estragon, laurier noble, eucalyptus radiata, lavande fine, marjolaine, mandarine…). Pour ne pas vous tromper, consultez, là encore, un bon manuel d’utilisation

– Ne pas avaler les huiles essentielles pures.

– Ne pas les appliquer pures sur la peau, sauf les huiles essentielles de lavande et d’arbre à thé (recours de premiers secours) mais de les diluer dans une huile végétale.

– Se laver soigneusement les mains après chaque manipulation.

– Eviter de mettre les muqueuses en contact direct ou indirect avec une l’huile essentielle. Si le cas se présentait, rincer à l’aide de compresses imbibées d’huile végétale.

– Conserver vos huiles essentielles hors de portée des enfants.

– N’appliquez jamais d’huiles essentielles sur les chats, ils y sont très sensibles et cela pourrait leur être fatal.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s